Événements/Interviews

L’interview Pop(s) @ ART ROCK 2013

THE POPS

On a rencontré les Popopopops à Art Rock, lors d’une conférence de presse. Et c’était cool !

On a parlé de la scène rennaise, du festival Art Rock, de leur tout premier et très bon album Swell et on a également discuté de vomi.

Q. Salut les popopops ! C’est bon, je ne me suis pas trompé sur le nom, c’est bien ça ?                                                                                                                        

R. Heu non il t’en manque un !

Les popopopopops alors ?

Nan là il y en a un de trop !

Popopopops ?

Yes ! C’est parfait. Maintenant on peut passer à Pops !

Donc juste Pops c’est bon ?

Pops ça passe. Faut passer le test, mais après c’est bon.

Dans quel univers musical vous vous inscrivez ?

On a beaucoup d’univers musicaux dans le groupe, on écoute tous pleins de choses.

Vincent tu écoutes quoi en ce moment ?

-Hum Queen of the Stone Age, un truc Rock n’roll quoi.

-Moi par exemple j’écoute James Blake, le dernier album.

-Guillaume : Moi j’écoute Poolside, un peu plus disco.

En gros on vient de pas mal d’univers différents, et je pense que c’est ce qui fait la richesse de notre musique, on essaye de mêler tout ça sans que quelqu’un s’efface.

Qu’est ce que cela vous fait de jouer à Art Rock ?

On est fiers, c’est un festival assez important, nous on est basés à Rennes donc on connaît bien le festival, on était déjà venus en 2009 et c’est vraiment bien pour nous de revenir avec maintenant un album que l’on peut défendre, les gens ont pu l’écouter avant de nous voir..

On est vraiment supers contents de pouvoir jouer au Forum ce soir.

Qu’est ce que vous pensez du public d’Art Rock ?

Nous on a un souvenir particulier, c’était vraiment un concert que l’on n’oubliera pas, j’espère que ce soir il se passera des choses avec le public, que ce soit positif ou négatif (rires).

On fera notre maximum pour que cela soit positif !

Est ce que vous pouvez nous parler de votre album ?

Donc c’est un album qui est sorti le 25 mars, on a passé beaucoup de temps dessus en studio, et c’était vraiment la manière dont on voulait le faire. On voulait prendre notre temps, ne pas se limiter, on a eu beaucoup de collaborations, on a travaillé avec Tom Peters, qui avait collaboré avec les Klaxons, on a aussi travaillé avec Maxime Le Guil, qui a fait le dernier album de Concrete Knives et de Camille. Toutes ces personnes là ont pu ajouter quelque chose, ajouter leur patte, et c’est ce qui fait la richesse de cet album. Il y a également notre ingénieur son qui nous suit depuis le début et qui apporte une autre oreille, une notre approche par rapport à notre musique.

On avait besoin de temps car on est très perfectionnistes et en studio on n’hésite pas à rajouter énormément d’instruments. Au dernier moment d’ailleurs, Guillaume a rajouté des percussions, des cloches.

Pourquoi avoir choisi « SWELL » comme nom d’album ?

On a choisi Swell parce que cela représentait vraiment très bien l’album et ce que voulait y dire, c’est un mot qui a plusieurs définitions différentes, notamment l’élégance, la houle en terme marin, le crescendo en musique. Dans le livret de l’album, sur chaque chanson, il y a une définition du mot qui correspond.

Pourquoi toutes vos chansons sont elles en Anglais ?

C’est quelque chose qui s’est fait très naturellement, comme beaucoup de choses dans le groupe.

Quand on s’est formés, on écoutait tous des groupes Anglo-saxons donc on a très très vite viré vers l’anglais. Simon est notamment parti un an aux Etats Unis, c’est lui qui écrit la majorité des textes, et voilà, cela s’est fait comme ça.

 

Lorsque vous produisez vous pensez la musique directement pour le live ?

Au tout début on composait exclusivement pour le live, parce que l’on faisait vraiment de la musique pour faire danser nos potes dans des bars et on a mis pas mal de temps à composer pour le studio et on fait ce travail là pour l’EP qu’on a sorti il y a un an et on a refait ça pour l’album et du coup on prend notre temps, on n’hésite pas à faire des chansons plus lentes ou qui sont moins dansantes, et c’est une toute autre approche. Quand on prépare les lives on essaye de réadapter les chansons. On est 4, on n’utilise pas de programmations, on ne rajoute pas les instruments qu’on n’arrive pas à jouer en live avec un ordinateur, du coup on simplifie, on choisi les meilleures parties pour avoir un concert généreux et très vivant.

De quoi parle SWELL ?

Simon : ça parle de pas mal de choses, R’n’r par exemple parle du rock en général, de nos influences , mais sinon ça parle pas mal également de relations amoureuses, de déceptions…

Pour faire simple, le thème dominant c’est les femmes (rires), mais il n’y a pas que ça, il y a aussi l’amitié dans My mind is old, qui parle de notre expérience de groupe depuis 5, 6 ans et comment on s’est éloignés d’amis qui ne prenaient pas la même direction que nous, des gens qui étudiaient et nous très vite on a tourné, on est partis à l’étranger, donc cela aborde tout ces sujets là.

Pour revenir à l’album, il y a Thierry, votre pote, qui est sur la pochette, est ce qu’il vous a conseillé sur l’album ou les lives ?

On l’a rencontré il y a quelques temps maintenant, il a très vite été impliqué dans nos vies, personnelles ou musicales. C’est lui qui a fait la tracklist de l’album. On était un peu perdus, il y avait beaucoup de titres et on savait que lui pouvait nous proposait une tracklist qui serait pertinente.

 Quels artistes vous influencent le plus ?

Comme on le disait tout à l’heure, on a vraiment chacun nos références qui sont très très personelles et finalement il y a peu de groupes qui nous mettent d’accord.

On cite souvent The Whitest Boy Alive & Foals, mais plus récemment il y a Alt J, que l’on respecte beaucoup. Mais bon par exemple, pour vous dire à quel point on peut ne pas être d’accord, sur le dernier album de Foals, on n’est pas tous fans. Dans le groupe, il y a les puristes, qui aiment vraiment le 1er album, et il y a ceux qui prêtent plus attention à ce qu’ils ont fait de nouveau, parce que c’est vrai qu’il y a un vrai virement dans ce dernier album.

Le groupe s’est formé au lycée. Est-ce que vous écoutez les groupes rennais un peu plus jeunes que vous ?

Ouais carrément on est vachement intéressés parce qu’il se passe à Rennes parce que c’est là qu’on a commencé, dans les bars. Il y a vraiment beaucoup de groupes, dans plein de styles différents. J’ai notamment enregistré un groupe rennais qui me plaît, avec notre ingé son, on a produit des chansons à eux et on reste impliqués à fond à l’échelle rennaise parce que c’est là d’où on vient cela fait plaisir de voir qu’il y a toujours une scène et qu’on peut les aider en faisant partager notre expérience.

Ça nous fait prendre un petit coup de vieux quand même, de voir une nouvelle scène arrivée. Ce n’est plus nous les « petits jeunes »

Vous êtes encore jeunes quand même !

Bah moi je vais avoir 33 ans ! (rires)

Non on a tous 22, 23 ans mais c’est vrai que le groupe en lui même celui fait 6 ans qu’il existe donc on a l’impression d’avoir une belle expérience par rapport à des projets plus jeunes et on essaye de faire profiter ce vécu là.

Niveau concerts, vous ne vous produisez pas que dans la région rennaise ?

En fait on a eu la chance de pouvoir tourner très tôt et dans beaucoup d’endroits différents, pour donner les extrêmes on est allés jusqu’au Canada et en Russie. Grâce à un single, on est partis tourner. Et je pense que c’est aussi cela qui fait notre force aussi, on a une vraie expérience, depuis 6 ans, le groupe a vécu des hauts et des bas.

Qu’est ce que vous écouter en tournée ?

En fait c’est notre régisseur qui conduit et du coup c’est lui qui met la musique donc Queen of The Stones Age, que ce soit l’album 1, 2, 3 ou 4 (rires). Nous on est derrières et on subit, on mets des bouchons (rires).

Vous êtes potes avec Manceau, Juveniles, vous collaborez souvent, je crois que vous partagez même un studio ensemble, est ce que vous avez déjà pensé de faire un espèce de « super groupe » réunissant ces trois projets ?

Aha c’est cool comme question ! Un super groupe, pas encore, peut être plus tard, déjà on fait pas mal de choses ensemble, que ce soit des remixes ou des choses comme ça, moi j’ai joué de la guitare dans le dernier album de Juveniles par exemple, c’est un solo de guitare sur Strangers, leur single.

Victor a bossé avec J-S (chanteur de Juveniles) sur des arrangements de chansons, mais de là à faire un groupe et des compositions ensemble…

Il y aussi eu un truc, le mois dernier, c’était à l’UBU, un karaoké organisé par l’Association des Trans Musicales avec pleins de musiciens rennais, dont je faisais partie à la guitare et il y avait O Safari, le bassiste de Manceau qui était dedans, la chanteuse de 1969club ainsi que pleins d’autres musiciens. Ça faisait un peu super groupe mais pour le coup c’était pour rigoler.

Pour finir, est ce que vous avez chacun une anecdote marrante à raconter sur les membres du groupe ?

Moi je fais la classique, on était au Paradisio et avec Guillaume on s’amusait à sauter à pieds joints sur la scène, malheureusement Guillaume s’est un peu foiré et a eu très mal au tibia, au point qu’il a limite du se faire hospitaliser d’urgence par le médecin attitré du Paradisio qui lui a dit « Ne t’inquiètes pas, relativise, Pete Ocean il a des champignons sur le zgeg ». (rires) C’est une histoire vraie !

Sinon, une des premières fois où on a joué à l’étranger c’était aux Pays Bas, c’était vraiment le début du groupe, les moments où on tournait beaucoup et on n’hésitait pas à chaque concert de profiter à fond et on a retrouvé Simon une heure après le concert avec une marre de vomi dans la loge parce qu’il avait fumé des pétards. Et le plus drôle arrive: notre tourneur l’a pris en photo, et l’a montré à tout le monde et a dit « c’est la pochette de l’album ! on l’a ! ». Il avait bouché les toilettes, le lavabo, et plus personne ne pouvait rentrer dans la loge.

Merci aux Popopopops & au service presse d’Art Rock pour cette interview.

Prochaines dates des Popopopops :

19/07/13, Les Nuits d’été @ Sablé-sur-Sarthe

20/07/13, Festival En Othe @ Auxon

23/07/13,  Le Canon (w/ Pendentif) @ Cap-Ferret

27/07/13 Au Pont Du Rock @ Malestroit

22/08/13 Fête de la Saint-Louis @ Sète

24/08/13 Festival Aubus’song @ Aubusson d’Auvergne (63)

Si tu es producteur, tu peux essayer de remixer leur dernier single en téléchargeant les stems sur leur site internet !

www.thepopopopops.com

www.facebook.com/thepopsband

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s